sylvie@schirmtremblay.com
450.241.0121

Vos enfants

Et vos enfants dans tout cela ? Comment les protéger, comment réagir, comment prévoir leurs besoins dans ce moment de stress qui est la rupture familiale ?

TOUT EST UNE QUESTION D'ATTITUDE

Vous avez certainement beaucoup de questions et surtout des inquiétudes face à leur réaction. Chaque enfant est différent, certes, mais certaines attitudes de votre part peuvent faire en sorte que ce moment difficile soit moins stressant pour votre enfant.

En dépit de la séparation, la famille demeurera toujours. Car vous devrez être en contact avec votre ex-conjoint(e) pour discuter des questions concernant vos enfants. Cet exercice ne sera pas toujours facile, mais peut-être dans les moments difficiles, rappelez-vous les qualités que vous trouviez chez votre conjoint(e) lorsque vous l’avez choisi(e). En misant sur ses qualités, vous serez plus en mesure de discuter et trouver des solutions. Si vous pointez ses faiblesses, il ou elle se sentira obligé(e) de se défendre et même de vous attaquer, ce qui ne solutionnera rien.

Rappelez-vous également que les enfants n’ont pas demandé de naître et qu’ils ont besoin de leurs deux parents. Permettez-leur de retirer le meilleur de chacun de leurs parents : c’est votre devoir.

Ne présumez pas que vos enfants ne sont pas au courant de la situation familiale. Ne sous-estimez pas leur capacités de voir et de comprendre. Même jeunes, les enfants perçoivent la tension entre leurs parents, et au lieu de croire qu’ils sont à l’abri du conflit parental, il est préférable de dialoguer avec eux et vérifier leurs craintes et inquiétudes au lieu de nier la difficulté. La franchise et l’honnêteté sont de mises dans une telle situation.

Et les besoins de votre enfant? Suzanne Roy, travailleuse sociale, a identifié les besoins des enfants vivant une rupture familiale :

Suite à la séparation des parents, les enfants craignent parfois d’être abandonnés, se rendent souvent coupables de la séparation et entretiennent longtemps le désir de la réconciliation. Comme parent, il est possible d’amoindrir les effets de la séparation en tenant compte des besoins des enfants. L’enfant doit sentir qu’il a toujours une famille même si celle-ci a adopté un modèle différent. Ce qui est le plus néfaste à l’enfant, ce n’est pas la séparation en soi mais c’est de se retrouver au coeur de mésententes parentales et de conflits reliés à la séparation. L’enfant a besoin :

  • d’être informé et sécurisé
  • d’être préparé sur l’importance des changements à venir selon son âge
  • de rester en relation avec ses deux parents
  • d’être rassuré sur l’amour de ses deux parents
  • d’avoir le droit d’aimer ses deux parents comme avant
  • de conserver un lien significatif avec ses deux parents
  • que son père et sa mère continuent de s’occuper de lui comme avant
  • de stabilité affective
  • de pouvoir exprimer ses sentiments face à la séparation
  • de comprendre la décision de séparation de ses parents
  • de ne pas se sentir responsable de la séparation
  • de reconnaître la permanence de la séparation
  • que la rupture des parents se fasse le plus possible en harmonie
  • qu’il soit tenu hors des conflits
  • qu’il ne serve pas d’intermédiaire entre ses parents
  • de sentir que ses deux parents sont capables de se parler
  • ne pas être obligé de prendre partie pour l’un ou l’autre des deux parents (conflit de loyauté)
  • de rester un enfant (ne pas avoir de responsabilités d’adultes)
  • de ne pas être inquiet de la sécurité financière familiale.

LES ATTITUDES QUI NUISENT AUX ENFANTS

  1. Décourager l’enfant d’aimer l’autre parent ou d’être en contact avec lui;
  2. Mentionner que l’enfant sera moins aimé s’il dit ou exprime de l’affection pour un nouveau partenaire ou toute autre personne bonne à son égard;
  3. Menacer de les renvoyer ou de les quitter s’ils ne se conduisent pas comme il faut;
  4. Les utiliser comme porteurs de messages hostiles;
  5. Insinuer que l’autre parent est mauvais (parler contre);
  6. Leur dire : « T’es comme ton père » ou «t’es comme ta mère»;
  7. Se dire : « Je les aimerais moins s’ils exprimaient de l’affection pour l’autre »;
  8. Faire des changements importants dans la routine sans les préparer : déménagement, remariage;
  9. Les ennuyer avec les difficultés financières, les problèmes légaux, les pensées suicidaires, les problèmes sexuels ou personnels;
  10. S’attendre à ce que les enfants vous réconfortent au lieu que ce soit d’autres adultes ou professionnels qui le fassent;
  11. Les batailles verbales ou physiques, au téléphone ou en personne, avec votre ex-conjoint.